logo de l'association LE CHEMIN DU PETIT TAMBOUR

Le Petit Tambour - Statue créée par le sculpteur Monsieur Vincent Perez.
Photo Jacques Garrigues

 "Il y a quelque chose de plus fort que la mort, c'est la présence des absents dans la mémoire des vivants"  Jean D'Ormesson

 

La guerre du Roussillon ou guerre des Pyrénées est un conflit qui opposa l'Espagne associée au Portugal  et la France révolutionnaire de mars 1793 à juillet 1795.

Né le 2 février 1783 à Tourreilles dans l'Aude, tombé au champ d'honneur le 1 novembre 1794 à Biure en Espagne. Pierre Bayle est le premier et plus jeune enfant de troupe mort pour la France.

Lorsqu'il part de Tourreilles, sur le chemin qui, passant par Magrie, va jusqu'à Limoux, le petit Pierre n'a que 10 ans. Il accompagne son père Jean-Baptiste dit "Grazel", son frère guilhaume de 16 ans et sa mère Marguerite, vivandière, pour rejoindre le 8ème bataillon de volontaires de l'Aude. Il sera élève tambour et perdra la vie à 11 ans face au Mont Roig le 1er novembre 1794, non loin du village de Biure en Espagne.

Dans une première lettre relative au combat, le Général Dugommier s'est ainsi exprimé à son sujet "Nous n'avons eu que 6 hommes légèrement blessés et un jeune Tambour âgé de 10 ans, tué par un éclat d'obus"

La deuxième lettre du même Général Dugommier concerne tout particulièrement le Petit Tambour, la voici dans son intégralité

"Le 20 brumaire (novembre) 1794,

Parmi les traits nombreux de dévouement produits par l'amour de la Patrie, ceux de l'enfance sont plus rares et plus extraordinaires, inspirant ainsi plus d'intérêt et plus d'admiration.

Déjà, par mon rapport à l'affaire du 11 de ce mois, je vous ai dit qu'un jeune Tambour, âgé de dix à onze ans, avait été tué par un éclat d'obus; mais ayant recueilli depuis cette époque quelques circonstances dignes de nos annales guerrières, je crois devoir vous les transmettre.

Ce jeune Républicain (sic), nommé Pierre BAYLE, Tambour dans le 8ème Bataillon de l'Aude, était de garde, à l'un de nos avant postes, où, malgré la faiblesse de son âge, il a battu la Diane avec des efforts incroyables pour étouffer le bruit de la marche de notre artillerie volante, il exécute ce qu'il avait dit la veille au Général  du poste : "As-tu assez de foi lui demande ce dernier pour battre demain au matin la Diane et empêcher que l'ennemi entende notre artillerie légère ?"

"Peut-on manquer de foi, répondit le jeune héros, quand on peut servir utilement son pays."

C'est  ainsi qu'à l'âge de douze ans, le jeune Bayle, digne émule de Barra, savait déjà apprécier combien il est doux d'avoir une Patrie, de vivre et de mourir pour elle.

Il est juste d'ajouter, à la gloire de cet enfant, qu'il tenait à une famille peu fortunée, qui, depuis la Révolution, s'est tout entière dévouée au service de la Patrie, que le père âgé de quarante cinq ans, avec son fils ainé de dix-sept ans, ont fait, tous les deux, la première bataille de Savoie, et servent maintenant dans le 8ème bataillon de l'Aude, l'un en qualité de sous-lieutenant, et l'autre en qualité de Caporal-Tambour, et qu'enfin, la mère n'a cessé de se rendre utile, dans le Corps, en blanchissant nos frères d'armes.

Toutes ces circonstances réunies, assurent à la famille BAYLE, les droits à la reconnaissance nationale, et méritent d'être publiées. Elles apprendront à la postérité, les vertus qu'enfante dans toutes les âmes, et surtout celles du pauvre, l'amour de la Liberté.

Signé DUGOMMIER

Nous avons tous un devoir de mémoire, PIERRE BAYLE, le premier et plus jeune enfant de troupe mort pour la France au champ d'honneur mérite la reconnaissance nationale.

CONTACT : cecilegarri@gmail.com

TEL : 0660426596